BLOG "IMAGE PAR IMAGE" : les meilleurs films du web en stop motion !

Interviews

Interview de Carlo Vogele

Lorsqu’il ne travaille pas chez Pixar, Carlo Vogele se consacre au stop-motion, « indispensable à sa santé artistique ». Les défis qu’il s’impose, comme celui de faire danser des lampes ou de faire chanter les (vrais) poissons, nous ont vivement intéressé ! Carlo a accepté de nous en dire plus sur lui dans cette interview…

 

Salut Carlo et bienvenue sur Image-par-image.com, commençons par la présentation de ton parcours et de ton métier actuel ?

Salut Nico et merci pour cette petite interview fort flatteuse ! Apres le bac, j’ai commencé par partir loin, loin de la famille, et je me suis retrouvé a Berlin a faire des études de théâtre et de cinéma. Puis ce sont les masques, les marionnettes et la pantomime qui m’ont fait de l’œil, le dessin aussi est devenu une occupation majeure… si bien que le pas vers le cinéma d’animation était vite franchi. En 2005 j’ai commencé une formation d’animateur à l’école des Gobelins à Paris. Puis j’ai eu la chance d’être envoyé pour un semestre à Calarts en Californie pour réaliser mon film de fin d’études, « For Sock’s Sake ». Il a été repéré par Pixar et ils m’ont fait venir à San Francisco pour une interview. 2 mois après, je déménage en Californie, et ça fait donc 4 ans que je suis animateur chez eux.

 

« Tango for Jansjö » est ton premier court indépendant, comment en es-tu venu à réaliser des films en stop-motion ?

En 2006, j’ai fait un workshop à Bristol au Royaume Uni (où est installé le studio Aardman) où j’ai vraiment découvert la stop-motion. Ce que j’ai tout de suite adoré, c’est le côté cinématographique du travail avec une caméra, un « set », des acteurs sous forme de pâte à modeler ou poupées ou objets. C’est aussi le fait d’animer sous la lumière cuisante des projecteurs, dans le noir, ça a un charme tout a fait particulier, c’est un travail physique et artisanal, que je préfère de loin a l’écran d’ordinateur ou à la table de dessin.

 

Quelques mots sur « Tango for Jansjö » ? Le tournage, des difficultés, des anecdotes ?

Ah ben oui, tiens parlons-en de ce tournage ! Un conseil à tous les animateurs qui voudraient animer des objets à même le sol : EVITEZ ! Je me suis tué le dos en animant a genoux, penché sur mes lampes, j’ai mis des mois à m’en remettre ! Bon, le tournage m’a pris quelques semaines dans mon appart. J’attends toujours le coup de fil d’Ikea pour me coller un procès ou me proposer une commission de pub (que je m’empresserais de refuser, on a bien son intégrité, n’est-ce pas ?)

 

Sur le net, on peut voir un extrait de « Una furtiva lagrima », un stop-motion avec des acteurs que l’on ne fait pas souvent travailler, tu peux nous en parler ?

Disons que j’ai vite compris pourquoi personne ne s’était amusé à animer un poisson mort avant moi… c’est gluant, ca chlingue, ca change de couleur assez vite, bref cet acteur-là est l’antéchrist d’un animateur de stop-motion. Un studio aurait construit un poisson en mousse de latex hyperréaliste avec une structure intérieure et tout, mais je n’avais pas les moyens pour ça… et puis je voulais du réalisme, bon sang ! Finalement, après plusieurs essais, j’ai réalise que le meilleur état dans lequel je pouvais l’animer était 2 heures après la sortie du congélateur, quand son corps était juste assez raidi pour qu’il garde les poses sans se ramollir… 3 heures après, c’était foutu, la mâchoire pendait par terre.

 

Tu as d’autres projets en vue ?

Oui, oui, toujours un tas de projets, qui ne verront probablement jamais le jour… en fait, je crois que je vais rester dans le domaine gastronomique, j’ai une idée qui m’amuse depuis quelque temps, c’est une histoire de saucisses. J’ai pensé à la vie d’un gros boudin qui va remuer ciel et terre pour perdre du poids.

 

Qu’est ce qui fait que tu choisisses de réaliser un film ?

Très bonne question. En fait c’est Dieu qui me le dicte. Oui, Jésus me chuchote à l’oreille lorsque je rêve à des projets trop licencieux, et me remet sur le droit chemin. En vérité, ce qui me pousse à la créativité, c’est la mauvaise conscience ! La paresse étant mère de tous les vices, lorsque je me rends compte que ça fait 6 mois que je n’ai rien produit de personnel, j’angoisse.

 

Quelle est Ta référence ciné en matière de stop-motion ?

Hmmm je pense que Aardman est le studio le plus passionnant du moment… et avec chaque nouveau film, ils me bluffent davantage, ils vont toujours plus loin dans l’humour décapant, les défis techniques inouïs…. Les Pirates, c’est énorme ! J’aime beaucoup aussi ce qu’a fait Wes Anderson avec Fantastic Mister Fox, ça change de ce qu’on voit ailleurs, il m’a vraiment pris par surprise, ce film ! Mais comme références personnelles, je pourrais peut-être citer des animateurs comme Kirsten Lepore, PES ou Adam Elliot dont le travail m’inspire beaucoup…

 

D’un côté Pixar et sa 3D, d’un autre le stop-motion et la 2D, tu es la preuve vivante qu’une cohabitation « inter-dimensionnelle » est possible… Peux-tu nous dire quelques mots sur le rôle d’animateur dans ces 2 mondes ?

Au sens stricte du terme, l’animation est la même, ma sensibilité d’acteur, mon sens du timing produisent des mouvements qui vont être similaires dans les 2 medias… la différence est que dans mon cas, la 3D est un travail que je produis dans le moule d’une grosse boite qui va me demander un certain style très léché, fluide et sophistiqué, et je m’exécute avec plus ou moins de plaisir artistique, selon le plan et le film. La stop-motion, au contraire, est un défi personnel, un plaisir laborieux et éreintant qui va finir par me briser les os mais que je considère comme indispensable à ma santé artistique.

 

Bosser chez Pixar, c’est cool ?

Oui, très cool, ils ont une piscine extérieure chauffée, un bar à céréales et des espressos a volonté. Que demander de plus?

 

Merci Carlo, merci d’avoir accepté cet entretien et si tu as une petite dédicace à faire, c’est maintenant ! A très bientôt pour la sortie de « Una furtiva lagrima ».

Je voudrais remercier Bruno Mangyoku, cette interview lui est dédiée !

 

Pour en savoir plus : http://carlovogele.blogspot.fr/

 

Étiquettes : , , , , ,
Carlo Vogele